COMMUNIQUÉ DU 4 décembre 07

 

De l‘audace, toujours de l’audace

 

Il suffit d’observer les vitesses et les trajectoires des concurrents de la Transat Ecover-BtoB pour comprendre que le Pot au Noir est bel et bien tel qu’ils le craignaient. Actif, imprévisible, il semble bien dans un premier temps faire la part belle aux options de Marc Guillemot à l’Ouest et de Michel Desjoyeaux à L'est. Mais vérité d’une heure ici, vaudra peut-être mensonge dans l’après-midi.

 

 

Ils y sont : ils le voyaient venir hier après-midi, avec ce ciel gris et bas comme le moral d’un chanteur évoquant son "plat pays". Cette fois-ci, plus de doute, la tête de flotte est entrée dans le Pot au Noir. Les vitesses évoquent plus la promenade dominicale que la cavalcade folle d’un pur-sang de course, les trajectoires sont à l’image des doutes des skippers qui cherchent une porte de sortie.

A ce petit jeu, les tenants de la route directe comme Yann Elies et Loïck Peyron, s’ils tiennent encore le haut du pavé semblent aller chercher dans l’Ouest ce qu’ils ne trouvent pas devant leur étrave. Et pourraient bien donner raison au skipper de Safran qui a, le premier, infléchi sa route pour aborder cette fameuse Zone de Convergence Inter Tropicale. Seul à résister aux sirènes occidentales, Michel Desjoyeaux, fort de son titre de "marin de l’année", décerné hier soir par le jury de la Fédération Française de Voile continue de croire en son option vers l’Est. « Père prenez garde à droite, père prenez garde à gauche ! », combien de victimes, la bataille du Pot au Noir va-t-elle laisser sur le pré ?

Lunch time quotes from the radio session:

Michel Desjoyeaux (Foncia): “My smile is back as is the sun. Things have been better since this morning and there's no more rain. There is a hellish chop though and the waves are coming at me from every direction. I'm barely making 3 knots though as there’s no wind and the mainsail flogs with each waves. I’m drying out a bit and just concentrating on making northing to get out of here as quickly as I can.”

 

Yannick Bestaven (Cervin): “Things aren't too bad. I'm right in the doldrums and am constantly having to change tack, but there is a little air."

Morning quotes:

Samantha Davies (Roxy)" Hello ! Et bien, nous sommes finalement bien dans le Pot au Noir, depuis hier soir... Il n'y a pas eu encore de méchantes rafales, mais le vent est de plus en plus faible et de plus en plus instable ! Le ciel était peint d'un rouge d'or quand le soleil a rosi le matin et j'ai pu voir un banc de nuages grisâtres me couvrir. Et maintenant, le Code 0 fait un bon travail. J'ai débattu pour choisir entre lui et le grand gennaker et je suis bien contente de l'avoir envoyé : un bon angle par rapport au vent et un bon équilibre à la barre ! J'ai la liberté de choisir ma route et aussi, quand je me suis réveillée (après deux heures de sommeil !), le Code 0 m'offrais toujours une excellente vitesse... J'essaye de faire correspondre ma trajectoire avec les images satellites et les fichiers de vent mais désormais Roxy est entre les mains des Dieux du vent et dans ces petits airs, je n'ai pas beaucoup de marge car la brise dicte ma voie... Il est l'heure du petit déjeuner : mangue fraîche et thé Earl Grey..."

Dee Caffari (Aviva)

"C'est un jour meilleur qui commence sur Aviva ! Ce matin, Je me suis couverte de crème solaire avant de monter sur le pont et lentement, les mauvaises pensées se sont évaporées sous le soleil... J'ai franchi l'équateur à 18h19 hier soir et je suis maintenant dans le même hémisphère que le reste de la flotte. Le Pot au Noir semble incertain devant, mais une bonne douche sous une averse s'annonce comme un bon moment de la journée..."

 

Rich Wilson (Great American III)

"Since departing Salvador, I've had my eye on a short doldrums crossing that
has opened at 33W. It has been persistent in the quikscat satellite radar
data, and shows as well on satellite full disk images. It would allow a
straightforward sail through, and then a sprint to the north to get
westerlies to go around the Azores high. What's unnerving is that it
doesn't show on the computer generated grib files, but I'll take the hard
data from the satellite radar and photo over the model. The question is
whether I can get there and then get through before it closes. Today was my
9th equator crossing under sail (one under ship power after we were rescued
off Cape Horn in a capsize and then re-righting by a wave of the 60'
trimaran Great American), and I've not seen this direct opportunity before.
So perhaps a "bold move" as described, but this race is also about the
courage of one's convictions, and I think it's a good shot. Since Salvador,
we haven't had quite the boatspeed of the others in the middle group, so
simply to follow is not going to work. I've also been quite conservative as
we've a cut in the starboard D2 PBO cable that we think still has 70-80% of
its core bundle. We had added 10% more fibre to our cables that already had
a 3x safety margin, so we think we're ok, but it's unnerving not to have
perfect cables up there. This was chafed in the Transat Jacques Vabre by a
batten. On the last afternoon before the start, we put up a 'sister' cable
of 12mm SK78 alongside to take the load and save the mast if the PBO cable
broke. I pushed a bit when we were alongside the coast, and had some
reasonable speeds, but am still learning the boat. As we approached the
trades, I selected our heavy air reacher, instead of our lighter air bigger
gennaker, so that I could learn that sail. It has handicapped us a bit
being smaller, but also saved us in the big squalls last night, where the
gennaker would not have survived. Yesterday, I did 5 sail changes in 50
minutes in the afternoon, then the same thing at 2 am, both times through
squall lines that came seemingly out of nowhere, and suddenly you're on
your ear. Very fatiguing. I count the grinds on the pedestal. To go from #2
reef to #1 reef is 365 grinds in low gear, then the leech reef line and
mainsheet. You get the picture - sailing these boats is a handful, and I've
an older one, with less power than those at the front. Anyway, we have
about 24 hours due north to get to my quikscat opening - I hope it's still
there when I get there! Also, Dee commented about questioning "deserving" her new boat - You DO DEE! It was a great passage you made around the world, really well done,
and it's great that you're getting a new boat."

 

Mike Golding (Ecover)

"Je n'ai pas eu une bonne nuit. Je ne sais pas exactement ce qu'il se passe, mais je suis en permanence en train de me battre pour rester dans le jeu et choisir la bonne combinaison de voiles pour faire avancer mon bateau. Une partie du problème réside aussi dans le crash de mon ordinateur qui fait que je reçois les prévisions météo avec beaucoup de retard. Mais je pense que mon problème actuel est la vitesse, et je bataille avec elle. Il y a beaucoup de facteurs à bord qui la concernent et c'est facile de penser qu'on a tout bon alors que ce n'est pas le cas. Et ça prend du temps de s'en rendre compte. Je ne pense pas que ce soit une question de vent, car je touche la même chose que les autres. Tout a commencé à mal tourner pour moi quand j'ai voulu envoyer ce gennaker. Je n'ai jamais réussi à revenir après ça, aggravé par les nuages que je me suis pris aussitôt après. Je me suis fait ralentir par deux nuages et j'ai probablement perdu du terrain. Je crois qu'il faut que j'évolue sur certains points. J'ai beaucoup utilisé les ballasts en travaillant avec les données que j'ai, mais ça reste assez intuitif. Je m'en sortais pourtant bien là-dessus jusqu'à présent. Il n'y a plus qu'à espérer que je reprenne ces miles dans le Pot-au-noir.

L'autre point est que je suis assez perplexe sur la route à suivre. Pour l'instant, on suit d'assez près l'orthodromie et je ne suis pas sûr que les options extrèmes de Foncia et Safran leur offrent une meilleure traversée (du Pot-au-noir). Mais si on raisonne à plus long terme, peut-être finalement que Mich (Desjoyeaux) se retrouvera mieux à la sortie. Et à plus long terme encore, pas loin de la fin, ce sera peut-être Safran qui aura vu juste. Je suis sûr que le routage va rester celui là, mais ça fait faire du chemin. Donc si on se trompe, on va le payer très cher. Et je ne suis pas certain que ce soit le bon en ce moment. J'aimerais déjà bien être de l'autre côté du Pot-au-noir pour y voir plus clair, mais sa traversée peut prendre quelques jours. Le vent commence à tomber doucement mais je suis toujours à 14-15 noeuds. Peut-être qu'en envoyant du plus léger je pourrais me refaire un peu. »

L'autre point est que je suis assez perplexe sur la route à suivre. Pour l'instant, on suit d'assez près l'orthodromie et je ne suis pas sûr que les options extrèmes de Foncia et Safran leur offrent une meilleure traversée (du Pot-au-noir). Mais si on raisonne à plus long terme, peut-être finalement que Mich (Desjoyeaux) se retrouvera mieux à la sortie. Et à plus long terme encore, pas loin de la fin, ce sera peut-être Safran qui aura vu juste. Je suis sûr que le routage va rester celui là, mais ça fait faire du chemin. Donc si on se trompe, on va le payer très cher. Et je ne suis pas certain que ce soit le bon en ce moment. J'aimerais déjà bien être de l'autre côté du Pot-au-noir pour y voir plus clair, mais sa traversée peut prendre quelques jours. Le vent commence à tomber doucement mais je suis toujours à 14-15 noeuds. Peut-être qu'en envoyant du plus léger je pourrais me refaire un peu. »

L'autre point est que je suis assez perplexe sur la route à suivre. Pour l'instant, on suit d'assez près l'orthodromie et je ne suis pas sûr que les options extrèmes de Foncia et Safran leur offrent une meilleure traversée (du Pot-au-noir). Mais si on raisonne à plus long terme, peut-être finalement que Mich (Desjoyeaux) se retrouvera mieux à la sortie. Et à plus long terme encore, pas loin de la fin, ce sera peut-être Safran qui aura vu juste. Je suis sûr que le routage va rester celui là, mais ça fait faire du chemin. Donc si on se trompe, on va le payer très cher. Et je ne suis pas certain que ce soit le bon en ce moment. J'aimerais déjà bien être de l'autre côté du Pot-au-noir pour y voir plus clair, mais sa traversée peut prendre quelques jours. Le vent commence à tomber doucement mais je suis toujours à 14-15 noeuds. Peut-être qu'en envoyant du plus léger je pourrais me refaire un peu. »

Armel Le Cléac'h (Brit Air)

"Tout va bien à bord. Cette fois, nous sommes bel et bien dans le Pot au noir... Le grand soleil a laissé sa place à un énorme grain sous lequel je me trouve depuis maintenant une bonne heure. Pour l’instant, le vent reste malgré tout assez stable à 16/17 nœuds. A l’horizon, j’aperçois Yann Elies et son Generali. On ne se lâche pas beaucoup depuis le début, c’est sympa, ça rappelle un peu Le Figaro… C’est très serré en effet. Comme on le pensait, on constate que Brit Air, comme Generali son sistership, est à l’aise dans les conditions de vent actuelles (près rapide). Mais nos petits copains ne sont pas en reste, la bataille fait rage et il est difficile de creuser des écarts. Le Pot au noir va peut être un peu redistribuer les cartes avec les petites options tentées et surtout l’inexorable loterie que représente cette zone si spéciale. Il va falloir être très vigilant ! A priori sur les fichiers, la zone de transition s’étale entre 3°N et 9°N soit près de 500 milles : joli mais délicat terrain de jeu…

Ces bateaux sont hyper physiques et le moindre changement de voile, surtout par les chaleurs que nous avons eues depuis le départ, peut devenir un vrai calvaire… En revanche, la solitude elle-même, n’est pas vraiment pesante dès lors qu’on s’y est préparé. Et puis c’est ce que j’étais venu chercher en participant à cette course dans le cadre de ma préparation au Vendée Globe. J’assume donc totalement… Je suis sur l’eau, Brit Air est un superbe bateau qui avance bien et je suis dans le match… Que demander de plus ! Je suis conscient du privilège que j’ai et de la chance d’avoir le soutien de toute une entreprise. Alors pour eux, pour mes supporters, pour ma famille, Brit Air et son pilote foncent vers la Bretagne ! »

Ces bateaux sont hyper physiques et le moindre changement de voile, surtout par les chaleurs que nous avons eues depuis le départ, peut devenir un vrai calvaire… En revanche, la solitude elle-même, n’est pas vraiment pesante dès lors qu’on s’y est préparé. Et puis c’est ce que j’étais venu chercher en participant à cette course dans le cadre de ma préparation au Vendée Globe. J’assume donc totalement… Je suis sur l’eau, Brit Air est un superbe bateau qui avance bien et je suis dans le match… Que demander de plus ! Je suis conscient du privilège que j’ai et de la chance d’avoir le soutien de toute une entreprise. Alors pour eux, pour mes supporters, pour ma famille, Brit Air et son pilote foncent vers la Bretagne ! »

Ces bateaux sont hyper physiques et le moindre changement de voile, surtout par les chaleurs que nous avons eues depuis le départ, peut devenir un vrai calvaire… En revanche, la solitude elle-même, n’est pas vraiment pesante dès lors qu’on s’y est préparé. Et puis c’est ce que j’étais venu chercher en participant à cette course dans le cadre de ma préparation au Vendée Globe. J’assume donc totalement… Je suis sur l’eau, Brit Air est un superbe bateau qui avance bien et je suis dans le match… Que demander de plus ! Je suis conscient du privilège que j’ai et de la chance d’avoir le soutien de toute une entreprise. Alors pour eux, pour mes supporters, pour ma famille, Brit Air et son pilote foncent vers la Bretagne ! »

Lunch time quotes from the radio session:

Michel Desjoyeaux (Foncia): “My smile is back as is the sun. Things have been better since this morning and there's no more rain. There is a hellish chop though and the waves are coming at me from every direction. I'm barely making 3 knots though as there’s no wind and the mainsail flogs with each waves. I’m drying out a bit and just concentrating on making northing to get out of here as quickly as I can.”

 

Yannick Bestaven (Cervin): “Things aren't too bad. I'm right in the doldrums and am constantly having to change tack, but there is a little air."

Morning quotes:

Samantha Davies (Roxy)" Hello ! Et bien, nous sommes finalement bien dans le Pot au Noir, depuis hier soir... Il n'y a pas eu encore de méchantes rafales, mais le vent est de plus en plus faible et de plus en plus instable ! Le ciel était peint d'un rouge d'or quand le soleil a rosi le matin et j'ai pu voir un banc de nuages grisâtres me couvrir. Et maintenant, le Code 0 fait un bon travail. J'ai débattu pour choisir entre lui et le grand gennaker et je suis bien contente de l'avoir envoyé : un bon angle par rapport au vent et un bon équilibre à la barre ! J'ai la liberté de choisir ma route et aussi, quand je me suis réveillée (après deux heures de sommeil !), le Code 0 m'offrais toujours une excellente vitesse... J'essaye de faire correspondre ma trajectoire avec les images satellites et les fichiers de vent mais désormais Roxy est entre les mains des Dieux du vent et dans ces petits airs, je n'ai pas beaucoup de marge car la brise dicte ma voie... Il est l'heure du petit déjeuner : mangue fraîche et thé Earl Grey..."

Dee Caffari (Aviva)

"C'est un jour meilleur qui commence sur Aviva ! Ce matin, Je me suis couverte de crème solaire avant de monter sur le pont et lentement, les mauvaises pensées se sont évaporées sous le soleil... J'ai franchi l'équateur à 18h19 hier soir et je suis maintenant dans le même hémisphère que le reste de la flotte. Le Pot au Noir semble incertain devant, mais une bonne douche sous une averse s'annonce comme un bon moment de la journée..."

 

Rich Wilson (Great American III)

"Since departing Salvador, I've had my eye on a short doldrums crossing that
has opened at 33W. It has been persistent in the quikscat satellite radar
data, and shows as well on satellite full disk images. It would allow a
straightforward sail through, and then a sprint to the north to get
westerlies to go around the Azores high. What's unnerving is that it
doesn't show on the computer generated grib files, but I'll take the hard
data from the satellite radar and photo over the model. The question is
whether I can get there and then get through before it closes. Today was my
9th equator crossing under sail (one under ship power after we were rescued
off Cape Horn in a capsize and then re-righting by a wave of the 60'
trimaran Great American), and I've not seen this direct opportunity before.
So perhaps a "bold move" as described, but this race is also about the
courage of one's convictions, and I think it's a good shot. Since Salvador,
we haven't had quite the boatspeed of the others in the middle group, so
simply to follow is not going to work. I've also been quite conservative as
we've a cut in the starboard D2 PBO cable that we think still has 70-80% of
its core bundle. We had added 10% more fibre to our cables that already had
a 3x safety margin, so we think we're ok, but it's unnerving not to have
perfect cables up there. This was chafed in the Transat Jacques Vabre by a
batten. On the last afternoon before the start, we put up a 'sister' cable
of 12mm SK78 alongside to take the load and save the mast if the PBO cable
broke. I pushed a bit when we were alongside the coast, and had some
reasonable speeds, but am still learning the boat. As we approached the
trades, I selected our heavy air reacher, instead of our lighter air bigger
gennaker, so that I could learn that sail. It has handicapped us a bit
being smaller, but also saved us in the big squalls last night, where the
gennaker would not have survived. Yesterday, I did 5 sail changes in 50
minutes in the afternoon, then the same thing at 2 am, both times through
squall lines that came seemingly out of nowhere, and suddenly you're on
your ear. Very fatiguing. I count the grinds on the pedestal. To go from #2
reef to #1 reef is 365 grinds in low gear, then the leech reef line and
mainsheet. You get the picture - sailing these boats is a handful, and I've
an older one, with less power than those at the front. Anyway, we have
about 24 hours due north to get to my quikscat opening - I hope it's still
there when I get there! Also, Dee commented about questioning "deserving" her new boat - You DO DEE! It was a great passage you made around the world, really well done,
and it's great that you're getting a new boat."

 

Mike Golding (Ecover)

"Je n'ai pas eu une bonne nuit. Je ne sais pas exactement ce qu'il se passe, mais je suis en permanence en train de me battre pour rester dans le jeu et choisir la bonne combinaison de voiles pour faire avancer mon bateau. Une partie du problème réside aussi dans le crash de mon ordinateur qui fait que je reçois les prévisions météo avec beaucoup de retard. Mais je pense que mon problème actuel est la vitesse, et je bataille avec elle. Il y a beaucoup de facteurs à bord qui la concernent et c'est facile de penser qu'on a tout bon alors que ce n'est pas le cas. Et ça prend du temps de s'en rendre compte. Je ne pense pas que ce soit une question de vent, car je touche la même chose que les autres. Tout a commencé à mal tourner pour moi quand j'ai voulu envoyer ce gennaker. Je n'ai jamais réussi à revenir après ça, aggravé par les nuages que je me suis pris aussitôt après. Je me suis fait ralentir par deux nuages et j'ai probablement perdu du terrain. Je crois qu'il faut que j'évolue sur certains points. J'ai beaucoup utilisé les ballasts en travaillant avec les données que j'ai, mais ça reste assez intuitif. Je m'en sortais pourtant bien là-dessus jusqu'à présent. Il n'y a plus qu'à espérer que je reprenne ces miles dans le Pot-au-noir.

L'autre point est que je suis assez perplexe sur la route à suivre. Pour l'instant, on suit d'assez près l'orthodromie et je ne suis pas sûr que les options extrèmes de Foncia et Safran leur offrent une meilleure traversée (du Pot-au-noir). Mais si on raisonne à plus long terme, peut-être finalement que Mich (Desjoyeaux) se retrouvera mieux à la sortie. Et à plus long terme encore, pas loin de la fin, ce sera peut-être Safran qui aura vu juste. Je suis sûr que le routage va rester celui là, mais ça fait faire du chemin. Donc si on se trompe, on va le payer très cher. Et je ne suis pas certain que ce soit le bon en ce moment. J'aimerais déjà bien être de l'autre côté du Pot-au-noir pour y voir plus clair, mais sa traversée peut prendre quelques jours. Le vent commence à tomber doucement mais je suis toujours à 14-15 noeuds. Peut-être qu'en envoyant du plus léger je pourrais me refaire un peu. »

L'autre point est que je suis assez perplexe sur la route à suivre. Pour l'instant, on suit d'assez près l'orthodromie et je ne suis pas sûr que les options extrèmes de Foncia et Safran leur offrent une meilleure traversée (du Pot-au-noir). Mais si on raisonne à plus long terme, peut-être finalement que Mich (Desjoyeaux) se retrouvera mieux à la sortie. Et à plus long terme encore, pas loin de la fin, ce sera peut-être Safran qui aura vu juste. Je suis sûr que le routage va rester celui là, mais ça fait faire du chemin. Donc si on se trompe, on va le payer très cher. Et je ne suis pas certain que ce soit le bon en ce moment. J'aimerais déjà bien être de l'autre côté du Pot-au-noir pour y voir plus clair, mais sa traversée peut prendre quelques jours. Le vent commence à tomber doucement mais je suis toujours à 14-15 noeuds. Peut-être qu'en envoyant du plus léger je pourrais me refaire un peu. »

L'autre point est que je suis assez perplexe sur la route à suivre. Pour l'instant, on suit d'assez près l'orthodromie et je ne suis pas sûr que les options extrèmes de Foncia et Safran leur offrent une meilleure traversée (du Pot-au-noir). Mais si on raisonne à plus long terme, peut-être finalement que Mich (Desjoyeaux) se retrouvera mieux à la sortie. Et à plus long terme encore, pas loin de la fin, ce sera peut-être Safran qui aura vu juste. Je suis sûr que le routage va rester celui là, mais ça fait faire du chemin. Donc si on se trompe, on va le payer très cher. Et je ne suis pas certain que ce soit le bon en ce moment. J'aimerais déjà bien être de l'autre côté du Pot-au-noir pour y voir plus clair, mais sa traversée peut prendre quelques jours. Le vent commence à tomber doucement mais je suis toujours à 14-15 noeuds. Peut-être qu'en envoyant du plus léger je pourrais me refaire un peu. »

Armel Le Cléac'h (Brit Air)

"Tout va bien à bord. Cette fois, nous sommes bel et bien dans le Pot au noir... Le grand soleil a laissé sa place à un énorme grain sous lequel je me trouve depuis maintenant une bonne heure. Pour l’instant, le vent reste malgré tout assez stable à 16/17 nœuds. A l’horizon, j’aperçois Yann Elies et son Generali. On ne se lâche pas beaucoup depuis le début, c’est sympa, ça rappelle un peu Le Figaro… C’est très serré en effet. Comme on le pensait, on constate que Brit Air, comme Generali son sistership, est à l’aise dans les conditions de vent actuelles (près rapide). Mais nos petits copains ne sont pas en reste, la bataille fait rage et il est difficile de creuser des écarts. Le Pot au noir va peut être un peu redistribuer les cartes avec les petites options tentées et surtout l’inexorable loterie que représente cette zone si spéciale. Il va falloir être très vigilant ! A priori sur les fichiers, la zone de transition s’étale entre 3°N et 9°N soit près de 500 milles : joli mais délicat terrain de jeu…

Ces bateaux sont hyper physiques et le moindre changement de voile, surtout par les chaleurs que nous avons eues depuis le départ, peut devenir un vrai calvaire… En revanche, la solitude elle-même, n’est pas vraiment pesante dès lors qu’on s’y est préparé. Et puis c’est ce que j’étais venu chercher en participant à cette course dans le cadre de ma préparation au Vendée Globe. J’assume donc totalement… Je suis sur l’eau, Brit Air est un superbe bateau qui avance bien et je suis dans le match… Que demander de plus ! Je suis conscient du privilège que j’ai et de la chance d’avoir le soutien de toute une entreprise. Alors pour eux, pour mes supporters, pour ma famille, Brit Air et son pilote foncent vers la Bretagne ! »

Ces bateaux sont hyper physiques et le moindre changement de voile, surtout par les chaleurs que nous avons eues depuis le départ, peut devenir un vrai calvaire… En revanche, la solitude elle-même, n’est pas vraiment pesante dès lors qu’on s’y est préparé. Et puis c’est ce que j’étais venu chercher en participant à cette course dans le cadre de ma préparation au Vendée Globe. J’assume donc totalement… Je suis sur l’eau, Brit Air est un superbe bateau qui avance bien et je suis dans le match… Que demander de plus ! Je suis conscient du privilège que j’ai et de la chance d’avoir le soutien de toute une entreprise. Alors pour eux, pour mes supporters, pour ma famille, Brit Air et son pilote foncent vers la Bretagne ! »

Ces bateaux sont hyper physiques et le moindre changement de voile, surtout par les chaleurs que nous avons eues depuis le départ, peut devenir un vrai calvaire… En revanche, la solitude elle-même, n’est pas vraiment pesante dès lors qu’on s’y est préparé. Et puis c’est ce que j’étais venu chercher en participant à cette course dans le cadre de ma préparation au Vendée Globe. J’assume donc totalement… Je suis sur l’eau, Brit Air est un superbe bateau qui avance bien et je suis dans le match… Que demander de plus ! Je suis conscient du privilège que j’ai et de la chance d’avoir le soutien de toute une entreprise. Alors pour eux, pour mes supporters, pour ma famille, Brit Air et son pilote foncent vers la Bretagne ! »

 

 

 

 

 

Imprimer la page Imprimer la page

 

 

DERNIERS COMMUNIQUÉS

22 décembre 07

Clap de fin

21 décembre 07

Clôture

19 décembre 07

Les explications de Dee Caffari

19 décembre 07

Démâtage d'Aviva

19 décembre 07

Maisonneuve à bon port

18 décembre 07

Cali à quai

17 décembre 07

Cervin EnR à Port la Forêt

17 décembre 07

Roxy est arrivé

17 décembre 07

L'onde de Sam

15 décembre 07

Long final pour Stamm

 

 

 



Cartographie/Classements,

<strong>Cartographie/Classements,</strong>
avec Netency


Accès vers la chaine TV de la course

Les derniers clips video

Get the Flash Player to see this player.

14 décembre 07 - 22H05

Les images de l'arrivée et l'interview des 4 premiers

 



Jeu Virtuel,
avec Virtual Loup-de-mer.org



Newsletter : Abonnez-vous !

    

Finalmente, uma regata transatlântica que parte do Brasil…..betek Breizh !