COMMUNIQUÉ DU 5 décembre 07

 

Périphériques

 

Le groupe de tête de la transat Ecover-BtoB est sorti du Pot au Noir : Loïck Peyron mène la danse dans un flux de Nord-Est d'une quinzaine de noeuds, signe que les alizés sont désormais au rendez-vous. Le peloton emmené par Samantha Davies devrait s'extraire de la ZCIT dans les prochaines heures...

 

 

Avant de rejoindre "l'autoroute des alizés" situé en bordure Sud de l'anticyclone des Açores, il a fallu s'extraire des "embouteillages" du Pot au Noir ! Et finalement, le choix de Michel Desjoyeaux (26°30 Ouest) sur la "bretelle" Est ou de Marc Guillemot (29°20) sur le "périphérique" Ouest n'ont pas été si concluants. Car c'est par le centre (sur le 28° Ouest) que Loïck Peyron (Gitana Eighty) a pu sortir en premier de cette Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT), suivi sur la même voie, par Yann Eliès (Generali) et par Kito de Pavant (Groupe Bel). La solution était-elle donc dans ce "créneau" ? Probablement mais ce qui est sûr, c'est que Michel Desjoyeaux (Foncia) s'est fourvoyé dans l'Est et son décalage latéral ne sera pas suffisant pour compenser un écart longitudinal de 70 milles !

Le mauvais point... cardinal

De l'autre côté, Marc Guillemot (Safran) a bien failli ébranler les certitudes de l'incertain Pot au Noir... Certes, il est plus à l'Ouest, mais il est aussi le plus au Nord de la flotte après le leader. Et ce positionnement est forcément positif pour les heures à venir puisque le vent lui permet de converger vers la route du premier, alors que ceux plus à l'Est doivent glisser vers sa trajectoire. En fait, il est probable que la flotte va de nouveau se caler sur une même route, retrouvant le principe du "petit train" où la hiérarchie se stabilise puisque ces nouveaux monocoques Imoca ont déjà démontré depuis le départ de la transat Ecover-BtoB, qu'ils ne se démarquaient pas franchement en vitesse pure...

Ceux qui ont le plus souffert de ce Pot au Noir sont incontestablement Michel Desjoyeaux, Mike Golding (Ecover) et Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat). Et si le "Marin de l'année" peut se mordre les doigts de son option sur le mauvais côté du plan d'eau, il n'en est pas de même pour les deux autres solitaires qui ont suivi la même route que le leader, ou presque. Comme quoi, il faut aussi du "bol dans le Pot"... Le "facteur" chance est un incoutournable distributeur de bons points et la "morale" jugera que ce ne sont pas toujours les mêmes qui gagnent au "Loto équatorial" ! Rappelons que Loïck Peyron avait butté à l'Est sur la transat Jacques Vabre et que Michel Desjoyeaux était passé comme une "lettre à la poste" vers l'Ouest. Retour de manivelle ou effet Kiss Cool ? Ira-t-on jusqu'à affirmer qu'il y a toujours quelque chose de nouveau à l'Ouest ?

Pelotonner dans le peloton

En tous cas, le peloton en a profité pour se regrouper car Samantha Davies (Roxy) est de nouveau sous pression ! Jean-Baptiste Dejeanty (Maisonneuve), Arnaud Boissières (Akena Vérandas), Yannick Bestaven (Cervin EnR) sont revenus à portée de lance-pierre... Et seuls les trois anglo-saxons, Dee Caffari (Aviva), Derek Hatfield (Spirit of Canada) et Rich Wilson (Great American III) ont abordé différemment le Pot au Noir sans pour autant en tirer quelque bénéfice que se soit... Ils y sont encore et leur retard ne devrait qu'augmenter au fil des heures !

Alors que le sixième jour de course s'achèvera lors de la vacation radio du Salon Nautique de Paris (15h-16h), il se dégage que le skipper du Gitana Team a déjà pris une bonne option pour un leadership durable et que le rythme de la course va de nouveau s'accélérer : une arrivée à Port la Forêt est désormais envisageable dès le 13 décembre...

DBo.

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat)

"Moins de chance au retour qu'à l'aller avec le Pot au Noir... Pendant la transat Jacques Vabre, il était quasi inexistant, par contre cette fois c'est copieux. J'ai commencé à être ralenti vers 2° de latitude Nord, maintenant j'en suis au 7° Nord et je n'en suis toujours
pas sorti. Avec au milieu des zones de blocage total. Il faudrait l'écrire différemment, il faudrait l'écrire "poteau noir", sur lequel on s'amarre. J'espérais, cette nuit, pendant mes longues heures durant lesquelles le speedo ne montait jamais au-dessus de trois noeuds, que ce soit le cas pour les autres concurrents. Pas que je leur veuille du
mal, mais on avait réussi à plus ou moins jouer groupé. Mais maintenant, la suite va être un peu longue. Le moral en a pris un petit coup, surtout que les deux derniers jours ont été faits de changements de voiles et de manoeuvres incessantes et pas une minutes de repos. J'avais espéré que ça porte un peu ses fruits. Là, le vent est rentré un peu, il n'est pas encore très stable et le sourire va revenir inévitablement quand cette grisaille et ces nuages grincheux auront laissé la place au soleil. Voilà, autrement il n'y a pas de nouveaux soucis à bord, tout se passe bien et maintenant pour pas en créer de nouveau moi-même je vais aller faire une sieste, histoire de recharger aussi mes batteries..."

Kito de Pavant (Groupe Bel)

"Bon, mon Standard C décidement est récalcitrant, pas de pointage, pas de classement, je suis seul au monde... En fait, j'ai passé toute la nuit bord à bord avec Generali que j'ai passé dans la nuit à moins d'une longueur, ensuite le vent est monté : je suis pass sous un ris et trinquette et puis il m'a repris les deux miles d'avance que j'avais réussi à lui coller quand le vent a remolli car moi aussi j'avais molli à renvoyer de la toile et surtout à sortir de ma banette..."

Mike Golding (Ecover)

"C'est assez déstabilisant. Pas tant à cause du vent faible même s'il y en a eu la nuit dernière qui m'a fait pas mal reculer, en plus maintenant on a un bon vent, mais surtout parce qu'il tourne sans arrêt. On navigue au portant et non au près, contrairement à ce que prévoient les derniers fichiers, il y a donc un problème de confiance. S'ils ne sont pas fiables au niveau de la direction du vent, la route qu'ils indiquent n'est forcément pas la bonne et on retombe dans l'arbitraire...

La nuit dernière, alors que je naviguais en tribord, j'ai reçu un fichier météo qui indiquait une vaste zone sans vent à ma gauche. J'ai continué vers l'Est alors que ça ne semblait pas favorable car un empannage ne m'aurait mené nulle part. C'est là que le fichier suivant est arrivé en suggérant d'empanner. Alors que faire? A ce moment là j'ai croisé Brit Air et Generali (je crois) et ils avaient en effet empanné. Je suis alors allé mettre à jour mes données pour comprendre. La mise à jour n'est pas forcément beaucoup plus précise car c'est en fait plus une question de moment où elle est disponible sur le serveur. En tout cas, ça montrait que la gauche était finalement favorable. J'ai donc changé mes plans. Depuis j'ai surtout fait du Nord et sous la pluie depuis neuf heures. Ca vient de s'arrêter et ça s'éclaircit un peu. Je pense que Brit Air et Generali ont navigué longtemps sous gennaker. J'avais le mien pendant un temps, puis ça devenait un peu périlleux. Mais je naviguais au près très confortablement avec la dérive complètement baissée jusqu'à il y a environ trois heures, ça marchait très bien. En ce moment j'ai 14 à 15 noeuds et je suis au dessus de 10 noeuds. Je suis moins stressé par la route ou par ce que le vent fait, j'essaye juste de sortir d'ici au plus vite. Je pense qu'il en reste la moitié à faire...

Le problème avec les routes extrèmes, comme Safran et Foncia, c'est qu'on ne peut pas changer d'avis une fois qu'on y est. La position de Michel est compréhensible dans la mesure où il se rapproche bien de la marque mais d'ici, avec les modèles que je reçois, je ne saurais pas dire qui a raison. L'environnement est très humide et je n'ai pas eu de répit depuis un bon moment. Je suis sûr que c'est pareil pour tout le monde, mais mes mains ressemblent à celles d'un cadavre, elles sont en morceaux. J'essaye de porter des gants mais je ne suis pas certain que ça soit une bonne solution car ça les garde humides tout le temps. A part ça, le bateau est en parfait état. »

 

Samantha Davies (Roxy)

"Je suis dans la PETOLE - Aaaaarrrrrggghhh! Jusqu'à là, je suis super fière de mon passage dans le Pot au nNoir. J'ai négocié un gros orage pas mal, sans casser le materiel (il avait 35 noeuds vent dedans) et sans avoir peur; sauf quand les éclairs (lightning) touchent la mer juste à côté du bateau !!! Aie ! J'ai même pris les seaux d'eau douce du ris de grand voile après l'orage pour prendre une douche après avoir largué le ris ! Trop la classe (sauf que l'eau de pluie était GELEE car elle vient de très haut !!!!). Alors je suis toute propre ; et Roxy aussi car il avait à donf de pluie !!!
Maintenant, c'est le jeu de patience. Il faut attendre que le vent vienne vers moi, car je ne peut pas aller le chercher. Les voiles claquent et le mât tremble sur chaque passage de la houle. Roxy n'est pas content quand on est arrêté et moi non plus parce que j'imagine mes concurrents qui sont en train de s'échapper sans moi !
Someone please send me some wind !!!!"

Arnaud Boissières (Akena Vérandas)

"Drôle de journée : ça a commencé classique au lever du jour, avec des grains en veux tu en voilà, de la pluie, des éclairs, 30 noeuds, un ris trinquette, puis une heure et demie plus tard, 12 noeuds puis 8 noeuds... Ok pas de problhme grand voile et solent, ballasts un peu moins pas de problème... et inversement. Bref la routine ! A midi (TU), j'étais tout mouillé, je ne sais plus si c'est par la pluie ou par la transpiration, mais j'étais content, j'avais le sentiment de bien bosser pour faire avancer ma belle "véranda" ; puis l'après-midi arrive de la mannière inverse... Grand ciel bleu, quelques beaux nuages... mais peu de vent... on est jamais content... Au pointage, "Jean-Baptiste Le Gentil" avait pris de l'avance, "Roxy Balboa" avait reçu un peu comme moi, et "l'Affreux" de derriere a vu l'embrouille et suit Maisonneuve ! Bref, tout va bien la routine. Cette nuit... une belle nuit romantique en solitaire, je ne crois pas vraiment... On est bien en mer... mieux qu'à Paris, c'est sûr !"

Dee Caffari (Aviva)

"Et bien, je suis bien arrivée dans le Pot au Noir tant redouté. Ce sont les doldrums en anglais et ils sont toujours plein de surprises.  La couverture nuageuse est plus basse et entre la base générale de bas nuages blancs, il y en a des énormes noirs. Ces derniers apportent en général beaucoup de pluie et certains avec des grosses rafales de vent et d’autres dégagent le ciel. En règle générale, il y a toujours un coup de vent quand tu rentres sous un nuage noir et ensuite quand tu en repars. Aujourd’hui, contente, je me suis assise, pour regarder un nuage inquiétant qui s’apprêtait me recouvrir et je me demandais quelle quantité de pluie et de vent il allait apporter. Je m’étais presque convaincue en regardant la surface de l’eau qu’il n’y aurait pas beaucoup de vent dessous. J’ai vu le mur de pluie et j’ai repris mes esprits. Changer le plan de voilure et se préparer pour les bourrasques du nuage est plus sûr et facile à faire à l’avance que quand 30 nœuds de vent te tombent dessus. Même si le changement de voile se révèle inutile, rechanger après est plus facile qu’essayer de lutter avec des voiles et un bateau dans des conditions difficiles. Je me suis donc levée pour changer ma voile d’avant. Ensuite, j’ai préparé la grand-voile pour un ris. J’ai attendu. Le premier coup de vent qui m’a atteint faisait 22 nœuds. Jusque là, tout allait bien, nous allions plus vite ! Ensuite, la pluie s’est transformée en grêle et juste au moment où j’ai levé la tête, un énorme éclair a fendu le ciel. J’étais surprise mais quand l’énorme claquement du tonnerre a retenti venant directement d’au-dessus de ma tête, je n’ai fait qu’un bond. Je déteste l’orage et les éclairs.  L’effort à faire pour un ris dans la grand-voile en a valu la peine quand le vent est monté à 30 nœuds et que tout ce que tu peux faire c’est attendre et régler les voiles quand le vent change. Alors, j’ai attrapé le savon et j’ai pris une douche et me suis lavée les cheveux. La visibilité était complètement partie et la pluie est tombée pendant une heure. Mais le vent est retombé à 13 nœuds jusqu’à ce que le nuage finisse de passer et puis il a disparu. Depuis, je flotte en essayant de faire cap au Nord qui semble être le passage le plus rapide, mais le vent en a décidé autrement ! "

 

 

 

 

 

Imprimer la page Imprimer la page

 

 

DERNIERS COMMUNIQUÉS

22 décembre 07

Clap de fin

21 décembre 07

Clôture

19 décembre 07

Les explications de Dee Caffari

19 décembre 07

Démâtage d'Aviva

19 décembre 07

Maisonneuve à bon port

18 décembre 07

Cali à quai

17 décembre 07

Cervin EnR à Port la Forêt

17 décembre 07

Roxy est arrivé

17 décembre 07

L'onde de Sam

15 décembre 07

Long final pour Stamm

 

 

 



Cartographie/Classements,

<strong>Cartographie/Classements,</strong>
avec Netency


Accès vers la chaine TV de la course

Les derniers clips video

Get the Flash Player to see this player.

14 décembre 07 - 22H05

Les images de l'arrivée et l'interview des 4 premiers

 



Jeu Virtuel,
avec Virtual Loup-de-mer.org



Newsletter : Abonnez-vous !

    

Finalmente, uma regata transatlântica que parte do Brasil…..betek Breizh !