COMMUNIQUÉ DU 8 décembre 07

 

Queue leu leu

 

En cette fin de neuvième jour de mer pour les quatorze solitaires encore en course, les trajectoires se sont nettement alignées dans des alizés de secteur Est qui mollissent progressivement. Loïck Peyron en a profité pour refaire le break mais à plus de 1 600 milles de l'arrivée, il va falloir viser un étroit couloir entre une bulle anticyclonique et une perturbation atlantique.

 

 

Loïck Peyron (Gitana Eighty) a beau connaître des soucis de girouette qui ont permis à ses concurrents de revenir à portée de lance-pierre vendredi, voilà qu'il a réussi à reprendre l'ascendant en ce début de week-end ! Différence locale de brise ou petit "coup de pompe" de ses poursuivants : il a retrouvé sa superbe, surtout que la flotte s'aligne sur le même trajectoire... Plus de décalages sensibles vers l'Ouest d'un Marc Guillemot (Safran) ou vers l'Est d'un Yann Eliès (Generali) ou Michel Desjoyeaux (Foncia). Dans ses conditions, il n'y a plus qu'à faire marcher le bateau, regarder dans le "rétroviseur", récupérer de la fatigue, checker son bateau pour le rush final. Mais avant de surfer sur les vagues à l'arrivée d'une dépression programmée pour le début de semaine, il va falloir choisir le bon couloir qui se profile à l'horizon pour lundi, au large de Madère.

Crever la bulle

Car l'anticyclone des Açores fait des siennes : il se décale au large de la péninsule ibérique car une dépression pointe sur les Açores dès lundi. Il en résulte que les alizés de secteur Est vont faire place à un flux modéré de secteur Sud entre Madère et les Açores, mais dans un couloir relativement étroit. Et si ce samedi ne devrait pas voir beaucoup de changement dans le classement, ni de décalages dans la trajectoire, il faut s'attendre à une approche stratégique différente dès dimanche. L'option serait de grappiller des milles vers l'Est en serrant plus le vent, donc en ralentissant dans un premier temps, afin de pouvoir toucher le nouveau vent plus tôt en fin de week-end. Mais entre théorie et pratique, virtuel et réel, il y a bien souvent des divergences que les solitaires devront prendre en compte en sus de l'aspect tactique : est-il bon de se séparer de la flotte à une telle distance du but ?

Mais n'oublions pas que le peloton aussi offre un superbe match même s'il concède une journée de mer aux leaders. Yannick Bestaven (Cervin EnR) s'installe en tête des chasseurs mais sa marge de manoeuvre n'est pas si grande face à Samantha Davies (Roxy). Quant à Arnaud Boissières (Akena Vérandas), l'explosion de sa trinquette il y a deux jours ne devrait plus trop le pénaliser puisque la brise mollit alors que Jean-Baptiste Dejeanty (Maisonneuve) doit connaître des problèmes techniques car il rétrograde régulièrement depuis la sortie du Pot au Noir... Ce week-end s'annonce comme une période capitale pour les solitaires comme pour les observateurs à terre : observation d'un changement de rythme, d'un changement météo, d'un changement de stratégie. En attendant, c'est à la queue leu leu que la flotte remonte vers le Nord avec une journée de plus de 320 milles pour le leader ! Ca avance tout de même bien au large des Canaries...

DBo.

Kito de Pavant (Groupe Bel)

" Il est long ce bord de reaching !!!!! La nuit a été ponctuée de quelques passages de grains et donc le vent n'est pas tres régulier ni en force ni en direction, ce qui m'oblige à passer beaucoup de temps aux réglages sous des trombes d'eau de mer... Mes problèmes de plomberie ne se sont arrangés avec même la nécessite d'une intervention des sapeurs pompiers hier pour évacuer 2 000 litres d'eau dans le poste avant... Je trouvais que le bateau n'était pas véloce !!!! Rajoutez à cela un souci d'hydraulique sur le système de quille qui a du mal à maintenir celle-ci à l'angulation maximale, un peu de Viagra peut être ?!?! Je dors donc peu et la fatigue segfait sentir... Ca se rafraîchit vite en montant vers le Nord et chaque jour, on rajoute une couche de vêtements..."

Mike Golding (Ecover)

« La centrale B&G a disjoncté : je tente de remplacer le processeur. C'est arrivé il y a quelques heures et j'ai fait un empannage catastrophe la nuit dernière quand ça a coupé. J'ai eu quelques problèmes électriques (...) Ca ne va pas bien vite, je me défends pour le moment mais plus par coup de chance que grâce à mon jugement, et je passe plus de temps en bas que je ne le souhaiterais. (...) Le vent a molli un peu et je devrais renvoyer de la toile, mais ce matin je n'avais ni pilote ni électronique, la barre était amarrée. Ce n'est pas terrible. (...) Quand on l'a compris, on a basculé sur le système de secours qui devrait être une base plus fiable. (...) Je pense que cela va devenir un peu plus intéressant. Jusqu'à maintenant le routage prévoyait juste une courbe mais maintenant il semble qu'il doive y avoir quelques autres opportunités. Je pense que le système anticyclonique évolue beaucoup et qu'il y aura donc quelques occasions plus loin sur la route. »

 

Armel Le Cléac'h (Brit Air)

" C’est très difficile à vivre. Ici c'est un peu ambiance Tom Hanks dans "seul au monde" mais bon au moins j'ai pas mal aux dents… C’est mon premier démâtage, mon premier gréement de fortune, j’espère que ce sera le dernier. Ca fait mal ! Dans mon malheur, je me dis qu’au moins Brit Air n’a pas tant souffert que ça… Ca n’a finalement pas été si compliqué que ça pour monter un gréement de fortune. J’ai mis un peu plus de quatre heures pour monter l’outrigger restant à la place du mât et mettre en place un tourmentin. Malheureusement, ces efforts n’aident pas Brit Air à avancer beaucoup plus vite : je gagne au plus 1,5 nœuds, soit une vitesse maximale désormais de 4 nœuds... En revanche ça aide à stabiliser le bateau et vu les conditions de mer actuelles, c’est au moins ça de gagner… » Akela, le 50’ charter de Yann De Kerdrel est en ce moment en escale à l’île de Sal avant d’entamer sa traversée vers les Antilles. Dès qu’il a su qu’Armel était en difficulté, Yann a spontanément proposé son aide. Quand la solidarité des gens de mer vient s’ajouter à la solidarité morlaisienne… Akela va donc partir dans les prochaines heures à la rencontre de Brit Air afin de le ravitailler en vivres et en carburant. En parallèle, toute son équipe technique ainsi que son sponsor mettent tout en œuvre pour assurer un rapatriement rapide d’Armel et son bateau.

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat)

"Les jours se suivent et se ressemblent quand même fortement. Au menu, un peu de règlages, un changement de voile, un tour de contrôle du bateau et pas mal de météo. A part ça, repos, dans la banette improvisée, Cheminées Poujoulat étant toujours aussi gîté, les endroits qui ne sont pas déagrébles àbord se comptent sur les doigts d'une seule main, et ç pourrait êre celle d'un menuisier à la retraite... Autrement le soleil est revenu et ça, c'est la meilleure chose qui pouvait arriver, les alizés sous la grisaille c'était vraiment pas génial. Un des coins agréables du bateau, c'est le poste de veille avec le siège baquet. Toute la fin de l'après midi, il est au soleil. Depuis ce siège, avec la télécommande, j'agis sur le pilote et je suis très près de l'écoute de grande voile pour les réglages."

Dee Caffari (Aviva)

"Not much has changed it is still wet and windy but at least allowing us to get north quickly. I am currently level with the north of the Cape Verde Islands . Next land mass to pass is the Canaries and then we will all be making decisions over the movement of the high pressure around the Azores . The temperature is definitely changing now with the water and the air at night. I have found my socks and bots and even my base layer."

Rich Wilson (Great American III)

"Although at the back of the pack, we've been trying to sail wll and conservatively. Now staysail and 3rd reef in the main, off a bit in speed in the lulls, but fine in the puffs, and it tiakes a bit of load off the rig. We've leapt over some waves, and crashed into the troughs, with a severity beyond belief. We've full ballast tank forward to help. We're just hanging on to Derek and Dee who have done such marvelous jobs. Boat is crashing around severely and one has to be very careful moving both inside and outside the boat. It would be easy to take a tumble that could be painful."

 

 

 

 

 

Imprimer la page Imprimer la page

 

 

DERNIERS COMMUNIQUÉS

22 décembre 07

Clap de fin

21 décembre 07

Clôture

19 décembre 07

Les explications de Dee Caffari

19 décembre 07

Démâtage d'Aviva

19 décembre 07

Maisonneuve à bon port

18 décembre 07

Cali à quai

17 décembre 07

Cervin EnR à Port la Forêt

17 décembre 07

Roxy est arrivé

17 décembre 07

L'onde de Sam

15 décembre 07

Long final pour Stamm

 

 

 



Cartographie/Classements,

<strong>Cartographie/Classements,</strong>
avec Netency


Accès vers la chaine TV de la course

Les derniers clips video

Get the Flash Player to see this player.

14 décembre 07 - 22H05

Les images de l'arrivée et l'interview des 4 premiers

 



Jeu Virtuel,
avec Virtual Loup-de-mer.org



Newsletter : Abonnez-vous !

    

Finalmente, uma regata transatlântica que parte do Brasil…..betek Breizh !