COMMUNIQUÉ DU 15 décembre 07

 

Un week-end sans

 

Après l'arrivée la nuit dernière de Marc Guillemot et de Bernard Stamm, les sept solitaires encore en lice sont suffisamment éloignés du but pour que le week-end ne voit poindre aucune nouvelle étrave. Samantha Davies et Yannick Bestaven sont les prochains concurrents attendus à Port la Forêt, mais plutôt en matinée de lundi.

 

 

Nuit très fraîche pour le final de Marc Guillemot (Safran) qui a peiné à terminer ce parcours de 4 120 milles entre Salvador de Bahia et Port la Forêt, le vent ayant dans la journée de vendredi, tourné à l'Est et l'obligeant à louvoyer depuis la pointe de Penmarc'h. Et Marc Guillemot est finalement arrivé vendredi à 23 h 25' 44'' après 15 jours 08 heures 25 minutes 44 secondes de mer. Le skipper de Safran était visiblement fatigué de ce final en raison d'un vent très oscillant et qui en sus, mollissait au fur et à mesure qu'il se rapprochait de la ligne mouillée devant le sémaphore de Beg Meil. Handicapé par le non fonctionnement de son vérin hydraulique servant à basculer la quille, le solitaire a dû composer avec un bateau netttement moins puissant et moins à l'aise dans la mer encore formée qui régnait au large de la Bretagne.

Pour Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), le louvoyage était encore plus long puisque le Suisse atterrissait au large du raz de Sein... En plus, le vent de terre en pleine nuit avec peu de lune, était encore plus instable et ce n'est qu'à 7h 24' que le skipper embouquait le chenal d'entrée pour rentrer directement dans le nouveau bassin dédié aux grands tirants d'eau, spécialement aménagé pour ces monocoques de 60 pieds à la profondeur de quille de 4,50 mètres. Bernard Stamm en terminait donc après un très beau parcours en 15 jours 16 heures 24 minutes 34 secondes, sur son plan Farr de 2003, ex-Virbac-Paprec de Jean-Pierre Dick. Avec quelques soucis de ballasts et des problèmes d'accastillage et d'informatique, Cheminées Poujoulat démontrait tout de même que le duo skipper-bateau était bien en phase sur ce tracé Sud-Nord qui s'est essentiellement déroulé au près et au débridé, deux allures où le potentiel des nouveaux prototypes est plus important. Il est d'ailleurs le premier de la génération précédente et si l'écart au premier, Loïck Peyron, (1 jour 07 heures 09 minutes 09 secondes ) peut paraître conséquent, il reflète surtout le fait que les leaders ont bénéficié de conditions de navigation plus favorables, surtout sur la fin de parcours et dans le golfe de Gascogne.

Poursuivants à la queue leu leu

Pour les sept autres concurrents encore en mer, la situation météorologique s'est enfin stabilisée et la crainte d'une méchante dépression arrivant de Terre-Neuve et s'installant au large de l'Espagne est moins redoutable. Pour Samantha Davies (Roxy), les conditions de navigation sont encore agréables : " Je suis contente : ça marche bien avec 20 noeuds de vent de secteur Est. Les fichiers météo ne correspondent pas tout à fait à ce que j'ai mais j'aurais au moins toujours du vent jusqu'à l'arrivée. Difficile d'estimer une ETA précise car il faudra tirer des bords : lundi matin ? La mer est assez dure en ce moment et chaotique avec une grosse houle d'Ouest... En tous cas, il va faire froid et bien que je sois Anglaise, je n'aime pas ça ! " Relégué à quarante milles de la jeune solitaire, Yannick Bestaven (Cervin EnR) a perdu du terrain ces dernières 24 heures, en partie à cause d'une route plus directe alors que Sam avait choisi de se décaler plus au Nord.

Pour les deux skippers suivants, la fin de course s'annonce pour mardi. " Il y a déjà une grosse houle qui précède la dépression à venir et surtout, il y a beaucoup d'objets flottants dans l'eau ! J'ai pris une grosse aussière cette nuit dans un safran. Le golfe de Gascogne ne va pas être facile pour moi puisque je n'ai plus de trinquette et que c'est un peu la voile qu'il faudrait pour finir contre le vent d'Est annoncé. " indiquait Arnaud Boissières (Akena Vérandas). Et du côté de Jean-Baptiste Dejeanty (Maisonneuve), le final se transforme aussi en convoyage : " Cette course m'a beaucoup apporté d'enseignements, même si ça traîne un peu maintenant, au large de l'Espagne. Il est plus que probable que la dernière ligne droite se transforme en zig-zags... Sans étai et donc sans solent ni trinquette, ça va être long ! Je n'ai pas la grosse "patate" vu que je me remets de mon infection à la main et que les antibiotiques m'ont fatigué. Mais ça va : j'imagine déjà le chantier hivernal où il n'y aura pas de gros travaux, mais plein de petits détails à optimiser... "

Du vent par derrière

Et pour le Canadien Derek Hatfield (Spirit of Canada), le rythme a enfin changé avec le retour de la brise par le Sud. " C'est enfin plus rapide aujourd'hui : 15 noeuds de vent, du soleil et je barre. Les nuits sont superbes avec un ciel très clair plein d'étoiles filantes ! Côté froid pour l'arrivée, pas de problème : ça ne me changera pas du Canada... " Toute la flotte est donc repartie à des vitesses plus agréables et même les deux derniers, Dee Caffari (Aviva) et Rich Wilson (Great American III) ne devraient pas se faire rattraper par la dépression açorienne. Mais ils vont avoir très froid et devront affronter un vent soutenu de secteur Est pour atteindre la Bretagne.

DBo.

 

Arrivées à Port la Forêt :

1-Loïck Peyron (Gitana Eighty) en 14j 09h 13' 25''

2-Kito de Pavant (Groupe Bel) en 14j 12h 22' 49'', à 3 heures 09 minutes 24 secondes du premier

3-Michel Desjoyeaux (Foncia) en 14j 13h 43' 24", à 4 heures 29 minutes et 59 secondes du premier

4-Yann Eliès (Generali) en 14j 19h 22' 02'', à 10 heures 07 minutes 37 secondes du premier

5-Marc Guillemot (Safran) en 15j 08h 25' 44'', à 23 heures 12 minutes 19 secondes du premier

6-Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) en 15j 16h 24'34'', à 1 jour 07 heures 09 minutes 09 secondes du premier

Samantha Davies (Roxy)

" Hello everybody. C'est très difficile, depuis hier : nuit avec un vent super instable avec
une mer croise (houle de WSW, vagues d'est...). Le vent est entre 10 et 25 noeuds et bascules de 40 degrées, alors le choix de voile est compliqué, et il faut être dessus tout le temps. Je suis fatiguée, et en plus
Roxy n'est pas content ! J'espère que tout ca va améliorer pendant la journée comme j'éloigne de Cap Finisterre et je peux me reposer plus tard, une fois que Roxy à décider qu'elle peut avancer tout seul ! A l'instant, je mange ma "porridge" et ca fait du bien car ca me réchauffe - OUI - enfin IL FAIT SUPER FROID !!! Trop froid que la miel j'ai acheté a Brasil est completement gelé ! "

Dee Caffari (Aviva)

« Il a fallu attendre 8 heures ce matin avant qu’Aviva ne commence à bouger vraiment. C’est le retour de la liberté et alors que le jour se levait, je pouvais voir que la journée allait être différente des précédentes. Les nuages bas et les bandeaux de pluie avaient l’air inquiétants mais après des jours de ciels bleus et de soleil sans vent pendant si longtemps, ces nuages étaient signe de bonne nouvelle. J’ai rapidement affalé le Code 0 et envoyé le gennaker à la place. Le changement s’est fait pile à temps avant que les 20 nœuds de vent et la pluie ne nous tombe dessus pendant une heure. La houle venait de l’Ouest et tous les signes étaient là pour me confirmer que je m’étais enfin échappée de ce terrible trou de vent qui m’a gardée prisonnière pendant si longtemps. Les fichiers météo aujourd’hui disent qu’il pourrait encore me rattraper mais ce ne serait que pour une demi-journée si cela arrivait. A l’opposé, lundi, je vais rencontrer une dépression qui va me battre avec plus de 35 nœuds de vent jusqu’à la fin. Ca va vraiment être de tout ou rien. »

Marc Guillemot (Safran)

« Dès lors que le vérin de quille s'est rompu, je n’avais qu’une seule chose en tête : privilégier la sécurité et finir la course à tout prix. Sur le moment, c’est très frustrant d’être coupé en plein élan, car même si l’essentiel restait la qualification pour le Vendée Globe, on se prend toujours au jeu de la course ! Evidemment, j’ai décroché un peu sur les autres, mais j’ai réussi à rester dans le match à quelques milles de Generali. Le tout était de régler le bateau au mieux pour qu’il n’y ait pas de conséquences sur la quille. Et là encore, j’ai pris beaucoup de plaisir à bord de Safran qui s’avère être une véritable machine de course. Nous avons eu des conditions difficiles mais traverser l’Atlantique demeure toujours une belle aventure. J’ai beaucoup de chance de faire ce métier, ma passion. »

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat)

" Laborieux ! Je pensais arriver en ligne droite de l'Espagne, affaler les voiles et hop, au bristot... Mais le vent a tourné et je suis allé jusqu'au raz de Sein et avec cette brise de terre, c'était très instable et il a fallu tirer de nombreux bords ! Tu te demandes si tu sais encore faire du près... Cette course était l'inverse de la transat Jacques Vabre : elle favorisait les bateaux puissants et je les ai vu partir depuis le début. En plus, je n'ai pas eu trop de réussite dans le Pot au Noir mais je me suis accroché. Pas trop mal, quand même ! Et puis, je suis qualifié pour le Vendée Globe... Je n'ai jamais fait une qualification aussi longtemps avant ! Je ne sais pas trop ce que je devais qualifier, mais là, c'est fait ! Cheminées Poujoulat va bien mais j'ai eu des problèmes de ballasts et aussi, des soucis techniques avec mon informatique au niveau de Recife. J'étais en panne jusqu'à la sortie du Pot au Noir alors j'ai mis un way-point, et j'ai navigué pendant trois jours sans trop savoir si c'était la bonne route ! Les nouveaux prototypes vont vite, mais on verra l'année prochaine après les travaux d'hiver ! "

 

 

 

 

 

Imprimer la page Imprimer la page

 

 

DERNIERS COMMUNIQUÉS

22 décembre 07

Clap de fin

21 décembre 07

Clôture

19 décembre 07

Les explications de Dee Caffari

19 décembre 07

Démâtage d'Aviva

19 décembre 07

Maisonneuve à bon port

18 décembre 07

Cali à quai

17 décembre 07

Cervin EnR à Port la Forêt

17 décembre 07

Roxy est arrivé

17 décembre 07

L'onde de Sam

15 décembre 07

Long final pour Stamm

 

 

 



Cartographie/Classements,

<strong>Cartographie/Classements,</strong>
avec Netency


Accès vers la chaine TV de la course

Les derniers clips video

Get the Flash Player to see this player.

14 décembre 07 - 22H05

Les images de l'arrivée et l'interview des 4 premiers

 



Jeu Virtuel,
avec Virtual Loup-de-mer.org



Newsletter : Abonnez-vous !

    

Finalmente, uma regata transatlântica que parte do Brasil…..betek Breizh !