COMMUNIQUÉ DU 30 novembre 07

 

Petit train

 

Dans un alizé de secteur Est-Nord Est qui s’est installé entre quinze et vingt nœuds, la flotte de la transat Ecover-BtoB progresse à dix nœuds de moyenne vers l’équateur. Les quinze solitaires attendent avec impatience une rotation du vent à l’Est qui leur permettrait de déborder les côtes brésiliennes d’un seul bord.

 

 

Le ton est donné ! Comme l’indiquait Yann Eliès (Generali) à la vacation de ce vendredi après-midi : « nous sommes en mode régate. Ce n’est pas un convoyage ! » Et de fait, les leaders naviguent à vue et les écarts restent encore très mesurés après 24 heures de mer. En fait, la nuit a été propice à des choix de route légèrement différents, certains comme l’Américain Rich Wilson (Great American III) ou la Britannique Dee Caffari (Aviva) repartie avec trois heures de retard de Bahia jeudi après-midi, ont préféré virer de bord assez tôt. L’option n’a pas porté ses fruits car ces deux monocoques ont dû rebasculer vers le large pour s’écarter des côtes brésiliennes. Le reste de la flotte est resté plus « conservatrice » en virant de bord en milieu de nuit brésilienne pour s’assurer que les alizés n’étaient plus perturbés par la terre.
A ce jeu, le groupe de tête est bien en course, à la manière d’une Solitaire du Figaro, une épreuve à laquelle ils ont d’ailleurs tous participé ! « Je suis en vue de Loïck Peyron à mon vent, Marc Guillemot est devant moi, Bernard Stamm sous le vent et Armel Le Cléac’h juste derrière… » précisait Michel Desjoyeaux (Foncia) à 15h00. Il faut dire que les monocoques ne naviguent pas dans des conditions très difficiles, si ce n’est que la mer est assez désordonnée. « Ca tape, ça secoue, c’est humide et il fait très chaud. Ce n’est pas l’allure la plus favorable à ces bateaux mais on avance quand même à dix nœuds de moyenne ! » lançait Kito de Pavant (Groupe Bel). Au près serré avec 15 à 20 nœuds de vent de secteur Nord-Est à Est, les concurrents s’inquiétaient de savoir s’ils allaient butter sur les côtes ou si le vent allait tourner suffisamment tôt pour éviter cette manœuvre très fatiguante sous cette chaleur moite. « En ce moment, on fait cap au Nord dans une mer chaotique et une brise modérée. Je suis sous grand voile haute et solent et ça fonctionne pas mal. Mais le souci, c’est le Brésil : s’il faut encore virer de bord, la remontée vers l’équateur va être un peu plus longue, mais il ne faut pas se plaindre. Logiquement, les alizés vont devenir plus favorables et on pourra peut-être passer à la bordée… » analysait Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat). Quant au leader Marc Guillemot (Safran), l’ambiance à bord était sereine puisque son bateau s’avérait rapide à cette allure désagréable : « Il n’y a pas grand-chose à faire, si ce n’est rester attentif aux petites bascules d’un vent qui n’est pas si régulier que ça : il oscille entre 15 et 20 nœuds et n’arrive pas encore à s’orienter à l’Est. »

Course en ligne

En fait, les nouveaux prototypes sont logiquement en tête de la flotte mais avec un Cheminées Poujoulat qui tient le rythme au point de se placer en dauphin de Safran, et un Akena Vérandas qui a fort bien négocié cette première partie du parcours. Les huit premiers de la transat Ecover-BtoB se tiennent dans un mouchoir de poche et il n’y a pas vraiment d’options à prendre jusqu’au Pot au Noir, encore à plus de 700 milles… Surtout que si l’un des solitaires prend une initiative (changement de voile d’avant, virement de bord), il est imité par tous ses concurrents à vue ! Les prochaines heures verront donc probablement les monocoques être contraints de se recaler au large une nouvelle fois, mais certainement une dernière fois : le différentiel qui pourrait se créer entre les leaders viendraient alors du moment de cette bascule. Mais il faut s’attendre à ce que les navigateurs jouent « au petit train », c'est-à-dire s’alignent les uns derrière les autres avec peu de décalage pour persévérer dans cette première approche de cette transat retour : « s’étalonner » comme l’observait Loïck Peyron (Gitana Eighty). Peu d’initiative, peu de changement météo, peu de modification de la hiérarchie : demain risque de ressembler à aujourd’hui mais les petits écarts qui vont se créer à l’issue de deux jours de mer seront très importants quand il faudra aborder le Pot au Noir, en fin de week-end !

D. Bourgeois

 

 

 

 

 

Imprimer la page Imprimer la page

 

 

DERNIERS COMMUNIQUÉS

22 décembre 07

Clap de fin

21 décembre 07

Clôture

19 décembre 07

Les explications de Dee Caffari

19 décembre 07

Démâtage d'Aviva

19 décembre 07

Maisonneuve à bon port

18 décembre 07

Cali à quai

17 décembre 07

Cervin EnR à Port la Forêt

17 décembre 07

Roxy est arrivé

17 décembre 07

L'onde de Sam

15 décembre 07

Long final pour Stamm

 

 

 



Cartographie/Classements,

<strong>Cartographie/Classements,</strong>
avec Netency


Accès vers la chaine TV de la course

Les derniers clips video

Get the Flash Player to see this player.

14 décembre 07 - 22H05

Les images de l'arrivée et l'interview des 4 premiers

 



Jeu Virtuel,
avec Virtual Loup-de-mer.org



Newsletter : Abonnez-vous !

    

Finalmente, uma regata transatlântica que parte do Brasil…..betek Breizh !