COMMUNIQUÉ DU 2 décembre 07

 

Ligne... de conduite

 

Alors que les alizés sont toujours présents de secteur Est d'une quinzaine de noeuds, la flotte de la transat Ecover-BtoB allonge gentiment la foulée en s'éloignant des côtes brésiliennes. Conditions paisibles et chaleur suffocante marquent la fin de ce troisième jour de course où les solitaires doivent désormais définir leur conduite pour franchir la ligne de changement d'hémisphère.

 

 

L'air de rien, plus de 700 milles ont déjà été avalés depuis le départ de la transat Ecover-BtoB, jeudi 29 novembre à 15h00 (heure française) et ce en deux jours et demi, ce qui porte la moyenne depuis Salvador de Bahia à plus de onze noeuds. Et quand on sait que la flotte a dû composer avec un vent contraire, il n'y a pas à rougir de cette progression qui ne fait que gagner des dixièmes de noeuds depuis ce week-end. Du vent, il y en a toujours eu et au fil des heures, il n'a fait que s'orienter à l'Est, donc favorablement. Et en ce dimanche matin, ce sont plus des vitesses proches de treize à quinze noeuds qui marquent cette "montée" vers le Nord.

Le grand huit

Côté mer, la hiérarchie n'a pas trop changé la nuit dernière et rester au contact est encore à l'ordre du jour. La différence tient au fait que le groupe de tête, les huit premiers, creuse inexorablement l'écart face à la génération "montante", celle des années 1996 et 2000. Le trio chasseur, meneur de jeu de cette meute de poursuivants (Maisonneuve, Roxy, Akena Vérandas) concède déjà cent milles de décalage, ce qui signifie déjà que l'approche du Pot au Noir programmé pour demain lundi ne sera pas tout à fait la même... En une demi journée, la nébulosité et les phénomènes locaux qui caractérisent cette Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) peuvent être radicalement différents !

Donc devant, les huit solitaires ont profité de la nuit pour se démarquer légèrement. En fait, seul Armel Le Cléac'h (Brit Air) a franchement cherché à grappiller du "latéral", à se décaler sur une route plus à l'Est et si la hiérarchie n'en a pas été bouleversée pour autant, il y a tout de même un écart d'une quinzaine de milles par rapport aux "sept mercenaires". Toujours emmené par Yann Eliès (Generali), le "clan des Brésiliens" ne s'est pas dispersé dans la nuit et a continué son bonhomme de chemin sans modifier d'un degré son cap vers la ligne de changement d'hémisphère. Il n'y aura donc pas ce dimanche, de grands bouleversements : ces sept bateaux se voient encore à l'horizon à l'exception du monocoque de Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) qui confirme ce que tous les observateurs prévoyaient... Le plan Farr de 2000 a un tout petit déficit de vitesse pure face aux sept nouveaux prototypes mis à l'eau cette saison.

Qui serait donc surpris de voir que Michel desjoyeaux (Foncia), Mike Golding (Ecover), Marc Guillemot (Safran), Loïck Peyron (Gitana Eighty) ou Kito de Pavant ( Groupe Bel) sont toujours au coude à coude ? Et le seul évènement qui se profile à l'horizon est désormais le "basculement" dans l'hémisphère Nord : la ligne équatoriale est à moins de 200 milles des étraves, soit autour de minuit...

Kito de Pavant (Groupe Bel)

"Ben , il fait chaud pour la saison !!! La journée a été paisible et il fait beau, presque trop... La mer s'est calmée depuis hier et le vent a adonné ce qui nous permet de glisser vite vers le Nord. Toute la tête de flotte se tenait ce matin en quelques milles, tous à vue les uns des autres et puis chacun s'est séparé, et ce samedi soir, les routes ont divergées. Reste là encore pour moi, Safran, Ecover et Brit Air, Cheminées Poujoulat a disparu dans l'Ouest. Chacun réfléchit comment attaquer la remontée vers la grisaille... Côté souci, j'ai toujours quelques fuites des ballasts tribord (ceux de bâbord ont été testés à l'aller), un problème de prise de ris qui m'a handicapé toute la nuit derniere et surtout le standard C qui refuse de vous envoyer ma position et de me renseigner sur les classements et ça, c'est vraiment pas cool... Bonne soiree à tous"

Dee Caffari (Aviva)

"Confiance en soi, petit à petit... Me vautrer à l'arrière de la flotte a meurtri non seulement mon ego mais m'a aussi fait me demander si j'avais vraiment ma place ici. Suis-je stupide de croire que je suis capable de rejoindre cette arène élitiste et de naviguer avec les meilleurs marins du monde ? Le vent de face est tombé. Je naviguais en direction de la plage et il m'était impossible de me dégager de Récife. Je n'ai pas reçu les positions de la mi-journée alors je n'ai pas pu voir ce qui se passait devant ni voir si les autres naviguaient dans une meilleure brise. La décision devait être la mienne alors j'ai choisi de virer et de quitter un peu la côte. Comme ça, le vent allait peut-être rentrer et j'allais pouvoir éviter les pêcheurs locaux qui sortaient de nulle part. Ce virement m'a pris deux heures et m'a encore coûté des milles !

M'accabler sur mon triste sort n'allait pas beaucoup m'aider et puis j'ai réalisé que c'est ma confiance en moi qui avait été mise à mal. Après avoir admis ça, la journée d'aujourd'hui a été faire de petites étapes pour commencer à reprendre confiance en moi. Le vent m'a portée et une fois face aux petits airs sur un bord de reaching, j'ai dû utiliser le gennaker. Les dernières fois que je l'avais vu, c'était quand il est tombé de mon mât endommagé, puis quand l'enrouleur a cassé au départ. C'était une grosse étape pour moi. Je ne l'ai pas précipitée parce qu'en même temps, j'espérais secrètement une bascule de vent qui m'éviterait la manœuvre.

Quelques heures plus tard, je suis maintenant sur un bord de reaching sous gennaker et j'espère être en train de rattraper les milles perdus aujourd'hui. J'ai peut-être perdu une bataille, mais je n'ai pas perdu la guerre !"

 

Mike Golding (Ecover)

"Le compartiment moteur était à moitié sous l'eau. Le ballast était sous pression et a fait sauter le circuit de la pompe de cale qui s'est mis à asperger le moteur. Les batteries moteur étaient sous l'eau. Mais la pompe a remarché et a vidé l'eau. Le temps que je remette tout en ordre et que je revienne reprendre mon repas déshydraté, il s'était envolé !

Mais le plus extraordinaire, c'est que pendant ce temps-là, je continuais de gagner sur les autres. On dirait que Generali et moi avons trouvé comment faire marcher le bateau dans ces conditions. Mais je ne pense pas que ce soit dû à la pression ou spécialement à la toile qu'on portait, on était plutôt dans une bonne veine de vent. A un moment on était à 50 mètres de Foncia. C'était très tordu.

En ce moment je me dirige plus vers la droite et je pense que je suis en train de gagner un petit peu. A l'instant, je m'écarte pas mal de Generali et Foncia. Je crois que ça se passe bien par rapport à Generali. Je suis à peu près à mi-chemin entre les deux. Mais les plans Finot (Generali et Brit Air) vont bien et je continue de penser qu'ils nous sèmeront un peu quand le vent tombera. Pour l'instant j'ai l'air d'aller très bien au reaching. Au près, je pense que j'aurais été plus rapide avec l'ancien bateau, mais pour l'instant je n'ai pas perdu de terrain.''

 

 

 

 

 

Imprimer la page Imprimer la page

 

 

DERNIERS COMMUNIQUÉS

22 décembre 07

Clap de fin

21 décembre 07

Clôture

19 décembre 07

Les explications de Dee Caffari

19 décembre 07

Démâtage d'Aviva

19 décembre 07

Maisonneuve à bon port

18 décembre 07

Cali à quai

17 décembre 07

Cervin EnR à Port la Forêt

17 décembre 07

Roxy est arrivé

17 décembre 07

L'onde de Sam

15 décembre 07

Long final pour Stamm

 

 

 



Cartographie/Classements,

<strong>Cartographie/Classements,</strong>
avec Netency


Accès vers la chaine TV de la course

Les derniers clips video

Get the Flash Player to see this player.

14 décembre 07 - 22H05

Les images de l'arrivée et l'interview des 4 premiers

 



Jeu Virtuel,
avec Virtual Loup-de-mer.org



Newsletter : Abonnez-vous !

    

Finalmente, uma regata transatlântica que parte do Brasil…..betek Breizh !